Posts Tagged ‘ Amis ’

Week-end en Bretagne

Voilà, c’est fait. Nous avons testé l’abandon du Poussin. Bon, OK, je vous vois venir avec vos gros sabots. On ne l’a pas vraiment abandonné, le poussin. On l’a laissé à mes parents…

Bah oui. On avait été invité à un petit week-end entre amis en Bretagne. Donc on s’est dit que ce serait sympa de rejoindre toutes ces personnes qu’on n’avait pas vues depuis longtemps. Et comme c’était un week-end sans enfant, on devait se résoudre à abandonner James.

On a fait ça dans les meilleures conditions je dois dire. Mes parents sont arrivés quelques jours avant notre départ, ce qui a permis à tout le petit monde de refaire connaissance et de se réhabituer les uns aux autres. Patrick et moi sommes partis le jeudi midi pour rentrer le lundi soir. 5 jours sans enfant! 5 jours sans mon petit pot de colle qui d’habitude ne me quitte que 3 heures par semaine, lorsque je le laisse à la babysitter pour mes heures de liberté hebdomadaire.

J’appréhendais donc un peu, même si je faisais une totale confiance à mes parents. Mais comme la plupart de mes amies m’avaient dit qu’elles avaient eu beaucoup de mal à laisser leur progéniture la première fois, même pour un week-end, je me disais que j’allais sûrement finir comme elles, la larme à l’oeil en quittant la maison. Et bien figurez-vous que pas du tout.

Nous sommes partis le coeur léger (et le bagage mince, merci Ryanair). Nous sommes arrivés en Bretagne le coeur léger. Nous avons passé un super week-end le coeur léger. Et nous sommes revenus fatigués (eh oui, 4 soirées sans enfants, dans une maison qui invite à l’apéro et aux diners prolongés, ça fatigue) et le coeur léger. Bon, j’appelais quand même tous les soirs pour prendre des nouvelles et savoir comment la journée s’était passée. Mais sinon, j’avoue que nous avons pris un malin plaisir à être sans enfant pendant quelques jours. Oui, nous devons être des parents indignes. Mais bon, pas d’horaires, pas de « combien de temps avant le prochain biberon? », pas de « il faudrait qu’il fasse une petite sieste quand même, ce serait bien », pas de « oulala, il faut rentrer, c’est l’heure du bain! », pas de babysitter à payer libérer. Et  la possibilité de se réveiller et de se lever parce qu’ON l’a décidé…Y a pas à dire, ce sont de vraies vacances. Et même si on a bien fait la fête et tiré un peu sur la corde, nous sommes rentrés l’esprit reposé (et le coeur léger bien sûr…).

Et on l’avoue, on était déçus que James soit déjà couché quand on a passé la porte de notre chez-nous. Mais après une (courte) nuit, nous étions bien content de le serrer dans nos bras. Lui en revanche, c’est limite s’il ne se demandait pas qui on était…

Un long week-end à Dubai

Derniere escapade avant Noel…Dubai…Nous sommes alles rendre une petite visite a Thomas et Violaine, histoire tout d’abord de les voir, mais aussi de voir comment ils vivaient leur nouvelle vie au soleil, et de faire plus ample connaissance avec leurs 3 charmants enfants.

Dubai…tout le monde a quelques idees recues.

A Dubai, il fait chaud toute l’annee. VRAI. En plein moi de Decembre, nous debarquons a neuf heures du matin et nous retrouvons Tom et Martin qui nous attendent sous le soleil par 25 degres. La-bas, c’est la fete de la tongue toute l’annee.

A Dubai, il fait beau toute l’annee. FAUX. S’il y a bien une question qu’on ne s’etait pas posee en reservant nos billets, c’est s’il ferait beau a cette epoque de l’annee. Tout le monde le sait: il fait toujours beau a Dubai. Dubai est une ville en plein milieu du desert, et dans le desert, il ne pleut pas (sinon, ce ne serait pas le desert…)

Bon. L’exception confirme la regle. Meme si nous sommes arrives jeudi matin sous le soleil, il a plu vendredi et samedi apres midi, soit 50% de notre voyage. Mais bon, Dubai regorge d’activites en tous genre, et nous etions en tres bonne compagnie.

Les Malls de Dubai, c’est du n’importe quoi. VRAI. En 3 jours, nous avons quand meme fait des choses incroyables.

– Faire du ski dans un mall, c’est possible, meme s’il fait 60 degres dehors. A l’interieur du mall, une « salle » immense a ete prevue…temperature: -4 degres, 5 pistes de ski, 1 telesiege, un tire-fesse, des bosses, des sapins (avec leur deco de Noel bien evidemment), des pingouins (en plastique, mais on va pas chipoter). Et le concept est magique: on prend un forfait trois heures et on vous prete pantalon, veste de ski, chaussures (ils donnent meme une paire de chaussette puisque tout le monde vient generalement en tongue) et ski/surf. Pif paf pouf, un tour au vestiaire, un coup d’escalier roulant et vous voila partis. Et si vous etes un peu fatigues, il y a meme un restaurant d’altitude pour deguster un chocolat chaud en terasse (chaufee bien entendu histoire d’avoir une carbon footprint vraiment au top).

– Au cas ou vous preferez faire de la plongee, c’est aussi possible. Et c’est aussi possible de plonger dans un aquarium geant au beau milieu d’un mall…Qu’a cela ne tienne, Patrick et Tom ont egalement essaye le concept. Une plongee a 11 metres de profondeur, au milieu des requins et des merous geants. Je vous laisse juger par vous memes.

A Dubai, les gratte ciels poussent comme des champignons. VRAI. Les gratte ciel en construction et les grues dominent le paysage dubaiote. Certains sont vraiment originaux et se detachent du lot. Nos preferes: la plus haute tour du monde (a la date de mise sous presse) et l’hotel Burj Al Arab…oui c’est pas tres original…

Dubai est une Oasis au milieu du desert. VRAI. Nous sommes alles faire un tour de buggy en plein milieu des dunes. En meme pas 20 minutes de voiture, on se retrouve au milieu de nulle part. Tout le monde connait mes talents de pilote et ma temerite legendaire (en particulier au volant). Laissez-moi vous dire que je me suis fait quelques petites frayeurs. Un Buggy, ca consiste en quoi? 1 accelerateur, 1 frein (parfois factice…hein Violaine?), un harnais, des arceaux, pas de carrosserie (c’est tres surfait). Equipement pour rassurer: un casque integral qui doit faire trois fois la taille de ma tete, une cagoule (rapport au sable), des lunettes protectrices (toujours rapport au sable) – quand on les met, on a l’impression qu on va traverser l’Atlantique en ULM. Hop hop hop, on est parti…Thomas suit le leader, je suis Thomas a travers le desert. Non, pas d’echauffement pour voir comment cet engin se comporte dans le sable…

Le principe de la dune de sable? une colline mouvante. Ce n’est qu’une fois qu’on est arrive en haut (a pleine vitesse bien sur, sinon, on ne peut pas atteindre le sommet) qu’on peut savoir ce qu’il y a derriere…en general une grosse descente inattendue…qui me fait laisser echaper un « Aaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh » (absorbe par ma cagoule, mon casque et le bruit du moteur…il faut pas perdre la face non plus…d’un autre cote,il est tellement long ce cri que j’aurais pu etre apneiste professionnelle) et fait peser mon pied sur l’accelerateur (reflexe des plus intelligents…). Bref, quelques petites frayeurs qui m’ont dissuadees apres quelques essais et quelques hesitations (j’y vais, j’y vais, j’y vais…ah puis non finalement j’y vais pas) de surfer au sommet des dunes. Patrick et Tom furent plus temeraires et resterent quelque peu ensables.

Et surtout nous noterons l’effet de la pluie sur la tenue vestimentaire de Patrick. Merveilleux…il aurait voulu le faire expres qu’il n’y serait pas arrive.

Voila voila pour Dubai. L’article est deja assez long, donc je vais m’arreter la… Ah non, une derniere… A Dubai, les policiers connaissent la ville comme leur poche. Je laisse planer le suspense…et ne livrerai qu’une photo. Je vous laisse imaginer l’histoire…

En bref, un temps peu clement, mais un tas de bons moments et d’experiences entre amis. Je mettrai toutes les photos et films d’auteur en ligne sous peu.

Tom, Vio, merci encore pour votre accueil si chaleureux et pour toute cette organisation. Et surtout, n’oubliez pas de mettre vos tongues sous le sapin!

Un long week-end à New-York

Premier week-end de Novembre, le marathon de New York…Il y a tout juste un an, Patrick chaussait ses baskets de competition et entammait ses 42km sur le Verazano bridge…

Le temps passe vite. A la fois trop vite et a la fois pas assez. Jamais assez vite pour ce qui est du boulot et des petits desagrements de la vie quotidienne. Toujours trop vite quand il s’agit de partir en vacances et/ou de voir les gens qu’on aime.

Bref. Presque un an apres cet exploit sportif de Patrick (si si. Et si lui n’est toujours pas content de son temps, moi, je suis drolement fiere de lui), nous revoila chez Caro et Geraud. Toujours a Brooklyn, mais cette fois dans leur nouvel appartement, et avec leur petit bout de chou, Noah, qui a pointe le bout de son nez il y a six semaines.

 

 

 

Un peu dans le rush avant notre depart, nous n’avions pas du tout prepare notre voyage et nous nous sommes un peu laisses porter par les evenements. Nous avons neanmoins reussi a croiser pas mal de monde, a nous ballader dans la ville sous un soleil radieux et une temperature printaniere (et y a pas a dire, c’est quand meme trop de bonheur en plein mois de Novembre, surtout quand on vient de Londres), et a nous delester de quelques billets verts.

Et surtout, ce week-end fut instructif

1. La photo est certes un art, mais c’est aussi l’art de savoir lire/comprendre un manuel d’utilisation. Il se trouve que Patrick et Geraud ont investi il y a peu dans des appareils photo de competition. Le probleme, c’est que quand on est un photographe du dimanche, le  jargon du photographe et la minutie des reglages deviennent un peu barbares.Surtout quand, soyons honnetes deux minutes, il est si simple de degainer son compact et d’appuyer sur un seul bouton pour faire une photo somme toute tout a fait correcte. Bien sur, le grain laissera a desirer…mais bon, la photo sera quand meme nette et remplira son role principal: laisser une trace.

2. Les enfants ne sont pas des jouets.

3. Partir le vendredi matin aux aurores et repartir le lundi soir sur le coup de 18 heures a un gout de trop peu. Bizarrement, on avait trouve ca tres bien l’annee derniere, mais la, il nous manquait vraiment un jour. On le saura pour la prochaine fois!

Caro, Geraud, merci encore pour ce petit week end bien sympathique. Noah, merci pour ta patience 😉
Desolee pour le manque de photo; Des qu’on retrouve un « vrai » PC, promis, on met les photos en ligne (inutile de vous dire qu’un petit tri s’impose puisque nous avons reussi a prendre quelques centaines de photos en 3 jours…)

Mariage d’Alex et Nico

Dernier week-end d’Août… Premier mariage de l’année. Direction Auxerre et Chablis pour assister a l’union d’Alexia et Nicolas.

Après la cérémonie à l’église St Eusèbe d’Auxerre, j’ai pu juger des talents de photographe de Patrick. A sa décharge, prendre des photos dans une église, c’est jamais évident : les personnes bougent, le flash ne se déclenche jamais au bon moment…bref il est facile d’arriver à ce résultat.

Puis direction le Cloître de l’abbaye St Germain pour le vin d’honneur. Très joli petit cloître en plein centre-ville, où nous avons pu déguster petits fours et champagne au soleil, les talons bien enfouis dans les petits cailloux, ce qui a permis aux filles de diminuer sensiblement la hauteur de leurs échasses et de prolonger la durée de vie de leurs voûtes plantaire.

Puis retour dans le coin de notre hôtel, au Prieuré Saint Cosme à Chablis pour un deuxième cocktail, un somptueux dîner ponctué de discours d’une qualité bien trop rare et bien évidemment d’une chanson réécrite et interprétée par les plus grands artistes de la scène française actuelle.
Pour ce qui est de la soirée…que dire…l’heure était bien avancée quand nous nous sommes mis sous la couette…

Alexia, Nicolas, nous vous remercions une fois encore pour ce week-end en votre honneur, et nous vous souhaitons tout plein de bonheur pour cette nouvelle vie, qui ma foi a l’air de bien commencer avec votre départ en voyage de noces mardi.

Bref, pour les photos, c’est là.