Lindsay House

Samedi dernier, nous avons eu la viste express d’Etienne. Tout droit arrivé de Nouvelle Zélande après un bon 27 heures de vol, il est allé recharger ses batteries chez Benj et Julia.

12 heures plus tard, nous les avons rejoints au Lindsay House, petit restaurant bien sympathique ma foi, histoire de fêter l’anniversaire de notre Kiwi d’adoption préféré dignement.

 Le restaurant pourrait passer inaperçu dans cette petite rue de Soho. Tellement inaperçu qu’il faut sonner à la porte pour rentrer dans cette maison de 4 étages.
Le Chef n’est autre que Richard Corrigan, étoilé Michelin (entre autres) en 1998.
Les 7 convives autour de la table ont opté pour le tatsing menu sans trop d’hésitation. Il faut dire que quand on l’a vu, on n’a pas trop hésité non plus … Je vous laisse juger par vous-mêmes. Au menu donc:

Baby Squid with Pressed Pork Shoulder Mustard Fruit Relish and Squid Ink

2006 Sancerre Monts Damnes – Loire

 *

Warm English Asparagus, Poached Duck Egg, Foie Gras Foam and Toasted Brioche

2006 Van Volxem Saar Riesling – Alte Reben

Steamed Fillet of Brill with Celery and Tempura of Strangford Lough Oyster

2004 Marjan Simcic Chardonnay Reserve-Goriska Brda

 *

Roast Lamb Cutlet, Braised Shoulder, Merguez and Wild Garlic

2006 Wooing Tree Pinot Noir – Central Otago

 *

Warm Golden Cross with Pickled Beetroot and Walnuts

 *

Summer Berry Mousse, Lemon Sable And Berry Sorbet
2004 Jurancon, Symphonie de Novembre, Domaine Cauhape-Pyrenees

 

Les 2 premiers plats étaient délicieux, mais nous avons tous accordé à l’unanimité une mention spéciale à l’agneau, cuit et fondant à souhait.
Pour l’huitre frite, comment dire…j’ai goûté (et j’en suis fière comme Artaban…), pour la première et la dernière fois.
Le fromage fut …anglais. Y a pas à dire, ça ne vaut pas un bon vacherin à la cuillère ou un maroilles qui coule.
Le dessert nous a apporté une belle touche de fraicheur après ce repas bien copieux.
Les vins étaient en harmonie. Sauf peut-être pour le Jurancon du dessert, un peu trop sucré par rapport à la fraicheur du sorbet.
Le service très agréable et en français dans le texte.

Bref, un repas bien agréable qui nous a permis de retrouver Etienne entre deux mariages. Ma belle Aurélia, tu nous a bien manqués!

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :